HORAIRES D' OUVERTURE DES RECYCLERIES

LE HANGAR d' AIMA, à SALIES et son Coin du Trocoeur : 

Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi et Samedi de 10 heures à 17 heures (journées continues)

ATTENTION : La bourse d'échange - "Le Coin du Trocoeur" du Hangar d'AIMA - est ouverte  Lundi et  Jeudi, de 10 heures à 17 heures, et Samedi, de 14 à 17 heures. 

 

LE HANGAR d' AIMA, à CAME et sa boutique :

Lundi, Mardi, Jeudi, de 10 heures à 17 heures (journées continues)

Et le premier Samedi de chaque mois, soit le Samedi 6 octobre

LE SAMEDI 10 NOVEMBRE, GRANDE FETE POUR LE 1er ANNIVERSAIRE DU HANGAR D'AIMA DE SALIES : animations diverses et variées, repas, buffets, ... : programme à venir, mais vous pouvez déjà bloquer la date !

   

ECHOS d'AIMA
Contact

06 83 56 54 49

05 59 56 43 51

aima.letrocoeur@gmail.com

AIMA
au Bourg
64520 CAME

TROCOEUR
Diaporama

AIMA

Recherche



Qui sommes-nous ? - Réflexion sur les solidarités

 

La solidarité, donc.

De tout temps, la Solidarité permettait aux Hommes de faire face aux difficultés et aléas de la Vie, ou de se protéger des pièges de la Nature. Des qualités (force, intelligence, ...) ou des moyens (armes, temps, argent, ...) servaient à aider des plus faibles, des plus démunis. Dans des sociétés essentiellement rurales, où "tout le monde se connaissait", les solidarités de voisinage et/ou familiales - solidarités de proximité, donc - contribuaient à cimenter ces communautés.

 

Puis, l'exode rural a affaibli ces formes premières. Pour compenser, les Pouvoirs Publics, garants de la cohésion sociale au niveau de la Nation, ont élaboré un vaste systéme dit de "protection sociale". Reposant en grande partie sur des propositions émanant du Conseil National de la Résistance (C.N.R.) à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale, il est basé sur la contribution des riches (imposition du capital) et des travailleurs. Les sommes récoltées sont mutualisées, puis distribuées selon des critères complexes mais finement réglementés. Recettes et dépenses du "système" font l'objet de débats récurrents, expression des valeurs et des opinions individuels et du jeu politique. Solidarité par les Pouvoirs Publics, donc.

 

L'hégémonie progressive des théories économiques libérales et la poussée concomitante de l'individualisme d'une part, les évolutions des structures familiales (familles éclatées, recomposées, dispersion géographique, ...) de l'autre, font que les deux formes de solidarité "historiques" s'affaiblissent, voire se décomposent.

S'y ajoutent des solidarités "groupales" ou "thématiques" (appellations non contrôlées). Par catégories de population, relevant chacune d'une spécificité bien identifiée : anciens élèves d'une même école, "pays", handicapés, atteints d'une certaine maladie, membres d' une même église, etc. Bien sûr, ces solidarités sont nobles. Parfois même, irremplaçables. Puissent Le Ciel et des Hommes les faire exister partout et longtemps. Deux nuances malgré tout pour leur poser des limites :

- Elles peuvent stigmatiser ceux qui en relèvent.

- Elles excluent de fait ceux qui ne peuvent mettre en avant les critéres d'appartenance.

Dès lors, on constate que se développent des formes nouvelles de solidarité. Selon une approche territoriale. Sur un territoire donné, sans critère particulier sinon "être de là", on peut bénéficier d'aide ou de soutien d'habitants du même lieu. Certains sont prêts à offrir temps, énergie ou argent, pour que des personnes qu'ils côtoient au jour le jour aillent mieux (ou moins mal). Ils peuvent voir ainsi directement et concrètement les effets de leurs gestes.

Les Communautés Emmaüs,"Les Restos du Coeur", par exemple, et, à une bien moindre échelle, le "Coin et le Jardin du Trocoeur" émargent à cette catégorie des "solidarités territoriales". Sans qu'elles se substituent aux trois autres formes de solidarité, elles s'affichent comme compléments particulièrement utiles par les temps qui courent. Avec la marque d'une idéologie particulière : liberté totale est laissée au donneur (auquel ne s'impose aucune obligation) et confiance absolue est faite au bénéficiaire (qui n'a pas besoin de justifier de critères).

Survivront-elles aux dérives inhérentes qui accompagnent ces principes de liberté et de confiance ?

Petites précisions (en guise de Post Scriptum).

- Liberté, car ce type de solidarité ne fonctionne que par la grâce de bénévoles, libres de se désengager à tout moment. A chacun de veiller au maintien de leur motivation..

- Confiance, car sans cadre réglementaire particulier, sans le regard, éventuellement culpabilisant de familiers, si d'aucuns osent profiter abusivement de ces espaces de solidarité, il peut fort bien se déliter...

Autant dès lors considérer d'emblée la grande fragilité de ces solidarités territoriales ...


Date de création : 08/08/2012 @ 10:31
Dernière modification : 08/08/2012 @ 10:31
Catégorie : Qui sommes-nous ?
Page lue 5599 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


AIMA

Fermer Qui sommes-nous ?

Fermer Le coin du TroCoeur

Fermer Le jardin du troCoeur

Fermer Actions Internationales

Fermer Le Hangar du Trocoeur

Fermer Archives 2012

Fermer Archives

Fermer Archives 2013

Fermer Le Hangar PRO du Trocoeur, 2016

Agenda
EPILOGUE et INVITATION

EPILOGUE

Voilà !

Ami lecteur, vous venez de survoler 16 années de notre vie.

Seize années de passion pour les Autres et leurs différences. Pour les rencontres et leurs surprises. Pour l'Homme, dans ses misères et ses grandeurs.

Et cela se traduit par nos cinq domaines d'action, chacun portant nos trois repères : solidarité, convivialité, lutte contre des gaspillages : Le Hangar d'AIMA de Came avec sa boutique de vêtements, chaussures... et sa recyclerie de bric à brac et mobilier de particulier, Le Hangar d'AIMA de Salies de Béarn avec son Coin du Trocoeur, sa recyclerie de mobilier professionnel et sa recyclerie de mobilier de particuliers. 

Vous vous en doutez : la tâche est immense, même au niveau qui est le nôtre, même sans supporter la pression de résultats, même si des messages de reconnaissance nous réchauffent souvent le coeur.

Alors, ami lecteur, venez. Venez voir par vous-même, si on ne s'est pas égaré en chemin. Si les buts qu'on poursuit ne sont pas évanescents. Si les valeurs qu'on défend sont encore au goût du jour.

Alors, peut-être, l'envie vous prendra-t-elle de nous accompagner, un temps...

Visites

 427670 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

^ Haut ^